André-Marie GBENOU: Dossier UAC

uac

Plus d’un attendaient l’intervention gouvernementale salvatrice dans cette crise qui est de genèse lointaine. Comme ils en sont souvent  habitués avec le  gouvernement de sieur Boni YAYI qui intervenait en tant que médiateur accordant la faveur du côté des étudiants, titillant ainsi à moult reprises l’autorité rectorale, les étudiants ont encore cette fois-ci sollicité la clémence du pouvoir central pour le dégel de cette crise. Mais l’actuel gouvernement ne jouera plus de la même façon comme on l’aura compris depuis hier à travers le message du P.R qui laissait entendre  » on ne voudrait pas remettre en cause l’autorité rectorale dirigée par le Prof. Brice A. SINSIN…
On ne voudrait pas intervenir directement et ostensiblement »,
Pendant que plusieurs portent de vives diatribes et cancanent sur cette position du gouvernement, moi je pense qu’elle est appréciable et sera appréciée si vraiment elle demeure telle jusqu’au dégel qui ne sera que du fait de l’UAC elle-même.. Le problème de la flash est un gros problème.Et que le problème de l’administration universitaire soit réglé par ses autorités.
 L’Université d’Abomey-Calavi est un Etablissement Public à caractère Administratif (EPA) et remplit une mission d’intérêt général. Il dispose de la personnalité morale, donc sujet de droit et jouit d’une autonomie de gestion. L’UAC dirigée par le recteur n’est pas un établissement privé auquel on a confié une mission d’utilité publique et dans la gestion duquel le gouvernement doit tout le temps s’ immiscer des fois de façon godiche. Non c’est un service public administratif plein. Si un EPA dans sa décision doit tout le temps être remis en cause, pourquoi parle-t’on d’autonomie, d’indépendance alors qu’en réalité ce ne l’est pas? Quand je parle d’autonomie je ne parle pas de l’autonomie financière mais du pouvoir, de la gestion de cet établissement.
L’autorité rectorale qui prend une décision que plusieurs pensent injuste n’agit que pour l’intérêt de tous. On avance comme raison qu’ailleurs il y a toujours deux sessions, je ne refuse pas mais la France n’est pas le Bénin. Il y a au moins trois universités nationales dans chaque ville ( pour Paris, on en a jusqu’à 13 au moins, pour Lyon, on en a 3 au moins et plusieurs centres privés). On ne compare pas deux choses incomparables.
Je ne remets pas en cause la session de rattrapage mais quand il y a péril en la demeure, il faut trouver la juste mesure. A quoi bon de sortir des diplômés chaque année en grand nombre bien qu’ils n’eussent fait la moitié du programme? Un enseignant devant 3.000 étudiants, quand même. Même si aucun amphi n’a cette capacité de contenir ce nombre, et les copies?l La flash est devenue cette entité où s’ amoncellent ceux qui veulent se reposer. Rares sont ceux qui s’ y inscrivent pour vraiment étudier et ceux-ci comprennent toujours et adhèrent d’ailleurs aux bonnes décisions. Sur 100 étudiants, à peine ils sont 10.
Un centre d’enseignement reste un lieu de savoir, université qui plus est.
Si les enseignants qui sont quand même des pères et mères de famille, les autorités décanales, rectorales pensent qu’il faille faire d’une telle façon pour le bien actuel et futur de tous, pourquoi ne pas y aller? Si on ne trouve pas une mesure juste à la flash avec cette pléthore (numéraire), quid des années à venir?
 Si chaque gouvernement qui passe, doit toutes les fois remettre en cause les décisions rectorales pourtant quelque peu justes pour palier la crise, on aboutira à rien du tout, l’évolution zéro, position statique.
Par le passé, le gouvernement YAYI s’ est immiscé et ce moult fois dans la gestion de l’UAC en remettant bien de fois les décisions rectorales  par le truchement du ministre ABIOLA et c’était si fréquent qu’on se demandait si les Professeurs SINISN et ABIOLA ne s’entendaient pas. SINSIN prend une décision, l’autorité de tutelle (ABIOLA) la casse, chien et chat?  du cinéma. Les interventions gouvernementales du moment ont été en faveur des étudiants, ce qui n’était des fois que de la pure complaisance – je pense -le gouvernement  YAYI ayant agi ainsi des fois pour être bien vu des étudiants espérant des avantages futurs lors des élections  » YAYI notre sauveur ». Ce qui faisait que pour chaque problème à l’UAC c’etait le gouvernement qui le tranchait. Mais où en sommes-nous? Statu quo, rien n’avance. Si tous les gouvernements allaient intervenir pour remettre en cause l’autorité du recteur dans ses décisions mêmes celles justes et idéales, le problème de l’UAC, de la FLASH demeura tel encore et restera irrésolu bien que sa genèse date d’il y a bel âge. Le système LMD demande plusieurs exigences que notre réalité ne saurait prendre toutes en compte. Et les enseignants ne sont pas des machines.
A l’ENAM, l’effectif en première année d’Administration Générale était de 342 étudiants. Les années qui ont suivi, c’est passé à 450, cette année c’est à 600. Les enseignants se plaignent de cet effectif, alors quid de la faculté alors? en 2011-2012, la FLASH à elle seule faisait 40 pour cent de l’effectif de l’UAC avec  34.690 inscrits pendant que la FADESP, la FAST et la FASEG toutes ces trois facultés mises ensemble faisaient 32.250;. Ceci voudra dire qu’en ce temps, la FLASH en effectif faisait toutes ces trois facultés réunies. Actuellement, l’effectif des étudiants de la FLASH dépasse 40.000, soit plus de la moitié des étudiants sur le campus bon sang.Mais où sommes-nous? Le problème de la flash n’est pas le système LMD, je suis désolé, c’est l’effectif pléthorique mesdames, mesdemoiselles et messieurs.
Il est  inconcevable ma foi qu’un universitaire pour une session ait à corriger 9.500 copies, ma mamia, c’est de la folie ça et seuls les enseignants peuvent comprendre la lourdeur et à la pression auxquelles ils sont sujets. Mettez-vous à leur place pour l’amour de Dieu. Il faut prendre une décision et celle ayant été prise me parait bien appréciable: session de rachat et non session de rattrapage. On peut aller en session de rattrapage et être ajourné comme on peut aller en session de rachat et passer. Ce qu’il faut savoir c’est que l’enseignant est le maître dans sa matière et peut composer de la façon dont il entend son épreuve. Il peut faire mal en corsant l’épreuve comme il peut être en décider autrement. Mais peu d’enseignants s’ inscrivent dans le premier cas. Celui qui échoue a surement commis une petite erreur non? Pas toujours vous allez me dire, mais pourquoi tout le monde n’échoue pas?
Il faut régler le problème de la flash. Quand on ne veut pas esquiver le mal, on se retrouve dans le pire: invalidation de l’année universitaire à la FLASH. Je me déclare complètement incompétent pour dire si c’est bienvenu ou pas cette sentence rectorale, tout ce que je sais en tant que juriste c’est que le recteur a agi par voie d’autorité en prenant cet acte de puissance publique et je sais et je le pense avec opiniâtreté, cette décision demeurera telle parce que nous sommes déjà à la fin du mois d’août, on ne saurait reprendre certaines choses pendant que la faseg a fini l’année et les autres facultés sont entrain de finir, la flash s’amuse. S’ il y a une faculté en Afrique qui ne termine jamais son programme d’année c’est bel et bien la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’UAC (BENIN). Il faut qu’à un moment donné, on fasse face à la réalité au lieu de se mettre dans des posture non moins idéalistes, que dis-je postures idéalistes. La réalité de la flash est là et l’idéal est de trouver une solution qui ne compromette tout de même pas les nouveaux bacheliers qui désirent s’ y inscrire. Le tri a été opéré cette année pourtant le nombre reste et demeure rocambolesque. Tout le monde veut s’ inscrire à la flash parce que c’est à la flash qu’on ne va jamais au cours mais on réussit toujours, c’est à la flash qu’on a les épreuves les plus faciles (qcm, vrai ou faux en géographie), c’est à la flash que sur 10 étudiants 8 sont boursiers pourtant dénués pour la plupart  d’intelligence et commettant les impairs littéraires les plus colossaux, quoique littéraires, ils soient.Prenez un peu exemple sur la FADESP. Je me rappelle il y a deux ans, à la pression session SJ2, seuls sept étudiant avaient la moyenne. Si c’était à la flash, on aurait assisté à des casses, pas vrai?
Parlant de la position gouvernementale, pendant qu’une ribambelle d’individus pense que le gouvernement à travers le message de Sieur TALON a donne une position godiche, maladroite, une décision de gouvernement incapable, je pense le contraire passe qu’il est grand  temps que les cafouillages, les désordres auxquels on assistait sous l’ancien régime YAYI je veux dire, cessent. Le Président TALON ne veut pas complaire à qui que ce soit. Toute position venant d’une personne investie d’autorité publique dans une affaire aussi empreinte de délicatesse plaira à une catégorie X et déplaira à une autre Y, ça c’ est clair. On ne saurait dans ce cas précis satisfaire les deux groupes à la fois, même si cela arrivait il y aurait toujours un ou mécontents qui auraient souhaités que cela les arrange eux seuls.
Le chef de l’Etat ne veut pas d’un second mandat et sérieusement , il n’est pas question de donner des sales faveurs aux étudiants dont la contrepartie futuriste sera leurs voix  aux élections futures( YAYI attendait des faveurs, TALON non, il sait ce qu’il a à faire et il ne veut pas des faveurs d’étudiants pour sa réélection). Il faut rompre avec certaines choses: la complaisance et le faux. Monsieur Boni YAYI et son gouvernement sont intervenus plusieurs fois dans les décisions rectorales en anéantissant d’ailleurs l’ autorité morale de l’équipe rectorale à plusieurs reprises. Les étudiants étaient contents de la médiation salvatrice du gouvernement en leur faveur mais actuellement le problème est encore là…
On aurait pu laisser les autorités compétentes agir pour que ce problème soit réglé une fois pour de bon. Maintenant l’année est invalidée et beaucoup d’étudiants surtout les sérieux et innocents voient leurs peines et efforts morts, anéantis, année perdue. Qu’est ce que ça peut être choquant…! Des gens qui ont des projets se les voient chambouler.
Au demeurant, ce qu’il faut retenir:
– L’établissement universitaire est autonome, que son indépendance soit reconnue comme l’a souligne le P.R et que les mesures justes soient prises par les autorités compétentes.
-Si les étudiants tiennent à ce que cette décision soit annulée, je pense qu’il est un peu tard parce que d’abord: le Recteur ne souhaiterait pas revoir sa copie (recours gracieux), ensuite le ministre de l’enseignement supérieur (donc membre du gouvernement) ne voudrait pas remettre en cause l’autorité rectorale, sujet de droit et disposant donc de personnalité morale, alors chers étudiants, allez-vous recourir à la dernière alternative? Le recours juridictionnel? Le juge administratif ?en lui demandant l’annulation de la décision rectorale en recours pour excès de pouvoir? Sur les deux mois, il n’en reste qu’un. Y tiendrez-vous chères fameuses représentations estudiantines fneb et tutti quanti? En ce temps, on serait déjà dans une autre année 2016-2017, la FASEG, la FAST, la FADESP auraient commencé une nouvelle année et vous?
La faseg a fini il y a deux semaines, la fast et la fadesp bientôt et ce sera toujours ainsi. Vous ne finissez jamais le programme d’année à la FLASH, malgré cela on vous fait admettre en année supérieure malgré vos tares, vos désordres; il est temps de trouver une solution non pas seulement pour régler le présent uniquement mais qui prendra en compte les années futures, qui intéressera nos jeunes frères qui désirent étudier et réussir dans de non moins bonnes conditions, que dis-je dans de bonnes conditions.
Je propose pour l’avenir que que les inscriptions dans les facultés soient soumises à des études de dossiers (que celui qui désire faire la philosophie, aie certaine moyenne en philosophie et dans certaines matières comme on le fait pour des écoles) de façon que:
 – celui qui exprime le désir de faire les branches littéraires à l’université, qui a eu de bonnes notes en littérature au BAC et au second cycle (depuis la seconde) soit admis dans les facultés spécialisées: FLASH et FADESP et dans les écoles s’il a eu de très fortes moyennes dans les écoles ( administration générale, ENAM, etc…)
– celui qui a exprimé le vœu d’aller en sciences économiques et autres branches reliées, qui a eu de bonnes notes au BAC et depuis la seconde dans les matières de la série G, et les matières spéciales des séries C et D soit admis à la FASEG et dans les écoles s’il a eu de très fortes moyennes dans les écoles ( ENEAM, …)
– celui qui a eu de bonnes moyennes en sciences expérimentales et qui exprime le voeu d’y continuer les études à l’université, soit admis à la FAST, et dans les écoles s’il a eu de très fortes moyennes ( Hydrologie, EPAC, FSS, INMES, etc…).
Autre chose dans les écoles, il y certains cas spéciaux qui sont admis ( fils du personnel enseignant, administratif ou machin), mais il faut prendre des personnes prenables.  Prendre le fils d’un enseignant ou d’un député qui a 10 de moyenne qui vient de flaner à l’ENAM ou à l’EPAC pendant qu’en ce temps, celui qui a 16 de moyenne n’a pas été pris, non koyyiiiii où sommes-nous? Depuis quelques années (2007) le désordre s’est accentué. On n’est plus au temps du changement de l’ordre en désordre, ni de la refondation du désoredre. Nous sommes à l’ère du nouveau départ et la rupture doit prendre en compte tout ça.
Au demeurant chers étudiants, respectons-nous et respectons les dispositions. Que celui qui veut faire une marche, un mouvement de grève légal le fasse dans les règles, pas dans le désordre, pas en violentant ses pauvres camarades étudiants qui refusent de s’ associer-pas en bastonnant jalousement et diablement les pauvres élèves de l’ENAM, de l’EPAC ( il faut qu’ils donnent la joie au cœur à leurs parents qui dépensent beaucoup car eux autres ils paient des droits de formation allant jusqu’à 400.000F, vous non, seulement 15.000F seulement si vous êtes doyens, vous voyez de quoi je parle), pas en mettant feu aux véhicules des enseignants et autorités. On est étudiant mais chacun sait ce qu’il veut et tout le monde n’est pas d’accord avec vos fameux mouvements- des fois insanes-…Quand c’est bon, on le sait. Soyons disciplinés. Nos doléances ne tombent pas dans des oreilles de sourds, le recteur, les doyens, les directeurs, les enseignants et enseignants sont des parents et ils comprennent. Et quand vous pensez qu’ils n’ont rien à cirer dans vos miteux problèmes et doléances parce que eux leurs enfants n’étudient pas ici, détrompez-vous, rares sont ceux dont les enfants étudiants à l’extérieur (argument de gros flemmards).
Et vous chers étudiants doyens, vous faites trois années, obtenez la licence; vous faites cinq ans, six ans, ayez le master  et si vous tenez à avoir le doctorat, armez-vous. Que les vieux, les doyens qui sont étudiants depuis 2001 (15ans) aillent prendre soin des nombreuses femmes qu’ils ont engrossées au lieu d’influencer les jeunes qui veulent étudiants.Tout le monde ne veut pas avoir la maîtrise en deuxième année…Les vrais étudiants sont ceux qui ont la Licence 2 en deuxième année, la maitrise en quatrième anée.
Je suis étudiant vous savez mais certains de vos comportements m’écœurent. Un étudiant ne doit pas se comporter comme un terroriste, un étudiant reste un étudiant, s’il commet des actes de terrorisme, il est terroriste sera traité comme un terroriste…
Dossier UAC, et si on en parlait?
andrmariegbenou.e-monsite.com / dimariagbenou.wordpress.com

Les blagues d’André-Marie.

 

Blagues

1-   L’enseignant finit son cours et décide de récompenser les deux meilleurs de la classe. Mais il se rend compte qu’il n’a qu’un seul cadeau sur lui. Il décide de différer mais les élèves tous lui demandèrent de départager les deux égaux. Il lance « Entre un nordiste et un sudiste qui gère souvent bien ce qu’on lui confie.?   Moussa répond c’est le nordiste. En guise d’exemple, Ouattara dioula du nord gère mieux que Gbagbo bété du Sud. Faux, réplique Samson, tu vas trop loin. Les gens du nord mettent le pays à terre, les sudistes le relèvent. Kerekou fait sombrer l’économie Soglo la redresse, Yayi met à terre le pays, Talon le relève. Eberlué par cette dernière réponse, le professeur ne savait quand le présent est tombé de ses mains. Samson s’abaisse, le ramasse et le rend à l’enseignant, en ajoutant  » et les gens du Sud comme moi, se comportent bien ».

Il a gagné le cadeau.

2-  Quand on demande à quelqu’un son pays de rêve et il ne dit rien, svp ne cherchez plus.
– Amani Tidjani voulait des véhicules à l’extérieur et les dissimulait au Bénin.
– Djotodia a fuit Bangui  et a trouvé refuge au Bénin.
– Quand  il y a conflit armé, inondation, ou tout phénomène similaire au Togo,réfugiés et déplacés viennent tous au Bénin.
– Les américains, britanniques, ivoiriens, tchadiens veulent vrai gris, c’est au Bénin ils trouvent.
– Modèle démocratique en Afrique, c’est le Bénin.
– Nigérien veut aller à l’école gratuitement, c’est au Bénin qu’il vient.
– Les statisticiens ont établi que sur 5 putes à Cotonou, 4 sont étrangères.
– Hollande veut un Président qui va pleurer en France, c’est le béninois il a trouvé.
Attention, je n’ai rien contre quelqu’un inh, j’adore le Bénin,  le pays de rêve de tout le monde.
3- Qui a dit que Dieu n’est pas corrompu? A la fin de ce mois j’ai volé 100.000 F CFA à quelqu’un. Le dimanche j’ai donné ma dîme 10.000F , en demandant à Dieu de m’aider, de me protéger pour que je ne sois pas attrapé. Je n’ai jamais été attrapé. Dieu a pris sa part et il m’a donné protection.
4- Quand un élève pose une question à l’enseignant et celui-ci la repose à toute la salle, sachez qu’il ne connait pas la réponse.
5- C’est la finale du Jeu Concours Francophone  » Qui connait le monde francophone » qui se déroule à Dakar . Plusieurs personnalités y étaient,  le président Patrice TALON du Bénin  y était. Même Boni YAYI qui n’y était invité, a répondu présent.
Dernière manche du Jeu  » QUI CONNAIT ». 190 – 190, le français et le béninois sont ex æquo. Une  question pour départager QUESTION D’IDENTIFICATION? une grande interrogation à trois indices.
Ainsi commençait l’animateur… Question identification 30 POINTS. Qui répond gagne.
Top…
 – 1er indice (30 points) .Homme politique africain, né dans son pays d’origine…. (ça ne vient pas)
– 2e indice ( 20 points ). Il a été président de la république dans son pays et répond toujours lorsqu’on le questionne pour les affaires louches  » je n’étais pas au courant »…. (ça ne vient pas)
– 3e Iindice (10 points).
Il s’ agit d’un Etat frontalier au géant Nigeria où le P.R est venu au pouvoir avec sa femme et a fini son mandat sans femme.
poooou le Béninois répond YINDIE; non non, son nom dit l’animateur , repliiiiiiiiiiipe, le français répond YINWE. Non, il est assis à côté de son actuel Président, son vrai nom,,,,,,,,,,,,
Boni YAYI est tombé de son fauteuil d’observateur . Il hospitalisé à l’Hôpital de Saint Louis au Sénégal.
6-  En deuxième année de Sciences Juridiques, Kohoundjè était face à l’épreuve de Droit International Public
.
Sujet:   » l’individu est un sujet de droit en relations internationales. Est-ce une vérité? »
Kohoundjè ne savait quoi écrire, ses  camarades étaient au travail, mais lui non. Il n’écrivait rien. Copie vierge? il sera sanctionné. A dix minutes de la fin
il  met sur sa copie:  » Monsieur l’enseignant, Dieu a dit de dire la vérité partout donc c’est vrai ce que je vais vous dire. L’individu dont il s’ agit ici (moi) n’a jamais suivi votre cours parce qu’il n’a pas ce temps. Mais vous savez quoi, hier, cet individu était en boite de nuit et il a aperçu l’un de ses enseignants avec une de ses étudiantes. Ils – cet enseignant et la fille étudiante en droit aussi – ont pris la direction de l’hôtel d’à côté et y ont fait plus de deux heures.  Cet individu étant un bon sujet de droit, a pris des photos du couple à l’hôtel qu’il remettra d’une part à l’épouse de l’enseignant à la maison et qu’il collera d’autre part sur les murs de la Faculté si et seulement si à l’affichage des résultats dans sa matière, l’individu que je suis, n’a pas au moins 17/20.
Les résultats sont sortis, Kohoundjè a eu 19/20.
7- Lors des mouvements estudiantins à l’Université Cheick Hamidou Kane du Bénin contestant l’invalidation de l’année à la Faculté de la Littérature et Sciences Humaines (FLISH), des matières fécales ont farci deux salles de compo la veille du début des examens à la Faculté des Sciences.
Les autorités rectorales et décanales soupçonnent les étudiants qui eux, nient.
Pour éclairer, les autorités feront venir lundi matin 5 féticheurs pour l’identification. La veille à 23h, SATOO le 1er Responsable BUE de la FLISH entre dans l’une des salles pour ramasser sa part qu’il a laissée. Il était surpris de voir dans la salle sombre ZESSIMIN le Responsable d’amphi de la Géo 3e année. Chuuut, fit ce dernier.  » Il y a des bruits à côté, c’est les policiers qui poursuivaient GBOLANDOU le Président FNEB allant dans la salle contiguë avec une petite pèle et un sachet.
8- Les filles claires de teint meurent vite parce qu’elles ne s’ entretiennent pas bien comme le font les femmes noires. Elles ne se lavent pas bien et passent des pommades tous les jours.
9-  L’islam et la chrétienne ne sont pas la même religion et n’ont pas le même Dieu.
Les fidèles du premier tuent au nom du coran ( les terroristes), peuvent avoir jusqu’à quatre femme alors les chrétiens, leur Dieu leur demande de prendre une femme et de s’occuper d’elle et proscrit la tuerie. Atte,tion, je n’ai rien contre les musulmans inh, ma fiancée s’appelle Aicha.
10 – En plein cours d’agroéconomie à la Faculté des Sciences Agronomiques de l’UAC Monsieur X, député, anciennement ministre et titulaire (enseignant) de ladite matière dit:  » l’agro-économie est une bonne branche de l’agronomie. Beaucoup s’ y spécialisent à cause de l’économie, et ils ont des idées noires souvent: vendre leurs produits parfois dépassés, tirer au maximun leurs lucres et appauvrissent les autres dans leur concurrence. Moi j’appelle ça de la tricherie et c’est du vol. Un bon agronome ne doit pas voler… », aussitôt l’étudiant Kocou le reprend fermement: je suis désolé Honorable, vol? vous êtes mal placé pour nous le dire parce que vous en 2015… » Il n’a pas pu finir quand Monsieur X s’ est évanoui. Il est dans le coma depuis deux semaines.
………………………………………………………………………………………………………………
Les blagues de André-Marie
Production de André-Marie GBENOU.